Agrégation de science politique : rapport 2006-2007

Le rapport du président du jury est en ligne, sur le site de l’AFSP.

Résumé

  • La composition du jury mentionne l’équilibre institutionnel, la présence d’un spécialiste de l’histoire contemporaine (Henri Rousso, qui parlait avant-hier chez Ali Baddou) animant un séminaire de socio-histoire où se rencontrent politistes et historiens, et la sous-représentation des femmes. (Citée hors contexte, la dernière phrase de la deuxième page est amusante : “une femme devrait les aider néanmoins à surmonter cette inquiétude.”)
  • Les candidats venaient principalement de la sociologie politique ; viennent ensuite les relations internationales et l’histoire des idées politiques, à égalité si l’on compare avec les candidats de 2004 (la théorie politique comme spécialité première est néanmoins en voie d’extinction), et les politiques publiques en dernière position, même si le jury note la porosité avec la sociologie politique.
  • Les remarques du jury portent sur les fondamentaux de la discipline, pas toujours bien maîtrisés après plusieurs années de thèse le nez dans le guidon, sur la nature exacte de la théorie politique et sur sa scientificité, et sur le fait que l’agrégation n’attire pas suffisamment de candidats dans la discipline. Les notes sur le déroulement ne sont pas intéressantes ; on y apprend seulement que la recommandation éternelle des enseignants, “Lisez moins vos notes”, vaut aussi pour l’agrégation…

Rien de très surprenant à première vue, mais vos commentaires plus attentifs et mieux informés sont les bienvenus, comme toujours.

Analyse de contenu

On remarquera que, comme le Parti socialiste, le jury de l’agrégation ne soutient aucune “espérance révolutionnaire”. Les références communes aux deux textes concernent la science, les Nations Unies, et la diversité.

 

Publicités

Les politiques publiques sont sur France Culture

Olivier Borraz, Virginie GuiraudonPhilippe Bezes et Pierre Lascoumes étaient au micro de Sylvain Bourmeau pour une émission spéciale “Politiques publiques” de La suite dans les idées. L’émission a été diffusée le 18 avril 2008 ; elle est encore disponible cette semaine sur le site de France Culture. Au-delà de ce délai, voici une archive audio à disposition des lecteurs-auditeurs en retard.

Sylvain Bourmeau avait déjà interviewé Nona Mayer au sujet de la science politique française et américaine, ce que vous retrouverez facilement grâce à la courte recension qu’y avait consacré ce blog.

Nicolas Sarkozy & Silvio Berlusconi

Certes il ne s’agit pas de science politique francophone à proprement parler, mais je tenais à recenser le premier à recenser ce papier qui compare les stratégies médiatiques de Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy :

The Construction of Contemporary Leadership in Italy and France

In contemporary democracies the ascent of political leaders cannot be explained without referring to  their communication style and campaign strategies. This paper intends to analyze two different countries, Italy and France, which have recently experienced a remarkable increase of personalization and mediatization of politics. First of all, I will carry out an exploration of similarities and  differences in Italian and French electoral campaigns paying special attention to the role of media in the construction of leadership. Then, I will attempt at providing a comparison between the two leaders who have put their marks on recent electoral campaigns: Silvio Berlusconi and Nicolas Sarkozy. Both leaders are credited with a notable expertise in political marketing and news management. The analysis will highlight common aspects, but will also underline those different features allowing us to identify and design at least two distinct types of “mediatized” leadership. [12 pages]

Autonomie des universités et recrutements locaux

L’opinion critique que publie Marianne de Patrick Weil sur la loi LRU, dite d’autonomie des universités et avancée par Valérie Pécresse, exprime probablement une opinion assez largement partagée au sein de la science politique pour valoir une recension dans cette colonne, d’autant plus que le biais qu’il attaque, le localisme, a été observé empiriquement en science politique. Olivier Godechot, qui menait l’enquête avec Nicolas Mariot, est très clair dans la revue “Système D” de l’ANCMSP : “il faut interdire le localisme”.

Correction technique

Toutes mes excuses pour le retard avec lequel je corrige la recension précédente, publiée à l’état de brouillon dans un premier temps. C’est un blog expérimental, vous l’aurez compris désormais.

Vue de l’extérieur (une autre)

S. Marthaler dans le Journal of European Public Policy sur la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy :

Since 2002, French immigration policy has been largely driven by Nicolas Sarkozy, as Minister of the Interior, leader of the centre-right UMP and, from 2007, President of the Republic. His discourse and action on immigration control and integration have diverged in significant respects from earlier centre-right handling of these issues. This contribution seeks to explore how and why Sarkozy has changed the terms of the immigration debate in France by examining the way in which policy has evolved and by identifying the forces driving the conduct and stance of the centre-right in France. In particular, it assesses the extent to which shifts in policy have been a response to political competition and public opinion. It concludes that party political considerations have been a major factor in Sarkozy’s strategy and that, while this appears to have paid off in electoral terms, its success in social terms is more equivocal. [15 pages]

Une remarque : où est le terrain ? J’ai recueilli quelques commentaires par email, et les observations sont unanimes : l’article est un bon exemple de tourisme intelligent, mais pas de recherche à proprement parler.

En rédigeant cette recension, je me rends compte que j’ai commis deux erreurs en ouvrant ce blog. La première a été de soutenir un rythme de publication indexé sur mes habitudes plutôt que celles de mes lecteurs ; une recension hebdomadaire, voire tous les dix jours, aurait suffit.

La seconde erreur a été de ne pas inclure les vues de l’extérieur dans ma ligne éditoriale ; ces vues sont très intéressantes pour les politistes français, elles fournissent même peut-être un double incentive pour publier ailleurs qu’en France, dans des revues scientifiques proprement internationales : les vues de piètre qualité appellent des corrections (et celles de bonne qualité des rejoinders), et un lectorat international existe pour nos questions de recherche françaises.J’aurais dû rédiger ce blog en incluant cette optique, mais j’ai commis l’erreur de Charles Pasqua contemplant le nuage radioactif de Tchernobyl, je me suis arrêté à la frontière.

À ma décharge, l’erreur est répandue dans la discipline et dans les sciences sociales françaises en général. Mais si j’avais souhaité fournir un meilleur effort de défiance constructive vis-à-vis du fonctionnement de la discipline pendant les premiers mois d’existence de ce blog, j’aurais dû révéler ce tropisme et lever ce biais.

À ma décharge toujours, ce n’était pas l’objet premier de ce blog que de chercher à proposer des réformes dans le sens de l’internationalisation de la discipline, et ce tournant provient également du fait que plusieurs pétitions et documents ont circulé sur ce thème récemment.

Ce long détour sur les intentions et la stratégie de publication de ce blog pour vous informer, chers lecteurs, que les vues de l’extérieur sont à présent devenues une catégorie de ce blog. Et, pourquoi pas, publier quelques entretiens avec les auteurs de ces vues ?

Tout ce que vous avez voulu savoir sur la politique municipale sans oser le demander

Voilà un titre ultra-racoleur destiné à surfer allègrement sur l’effet de conjoncture.

Jean-Yves Nevers et ses co-auteurs ont mis un grand nombre de papiers sur la politique municipale (élus, élections, etc.) en ligne, juste à temps pour les élections municipales. Une manière simple d’accéder au listing des papiers est d’utiliser l’URL simplifiée aut/nevers à partir de HAL ou HAL-SHS.

Cette recension fait suite à une précédente, sur les maires des petites communes face à la diversification du monde rural, des mêmes auteurs.

(Les lecteurs du fil RSS auront aperçu aujourd’hui un brouillon de recension qui sera publié en version finale dans cinq jours. Pardon pour la confusion, et patience !)