Le mot de la fin (d’année)

Ce petit mot tranche avec l’optimisme de la recension précédente.

Le rythme de recension a diminué sur ce blog. Je n’y peux hélas pas grand chose : je n’ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent, en tout cas pas en français et en science politique. La faible diffusion des travaux à l’intérieur même de la discipline est responsable de cet état de fait. La contribution de la science politique à l’échelle de la société française (les termes “vide abyssal” me viennent à l’esprit mais quelque chose me dit qu’il vaudrait mieux les faire sauter au marbre) se mesure à l’aune de ce mutisme.

Pour la fin d’année, prenez une bonne résolution : publiez en ligne ! HAL-SHS le permet, le droit d’auteur le permet, tout y incite—même le CNRS. Les exemples étrangers ne manquent pas : Adam Przeworski, Charles Tilly… On peut même formuler le propos à la façon de Nicolas Sarkozy : “J’vais vous dire, madame Chazal : pourquoi est-ce qu’on serait le seul pays d’Europe qui ne publie pas sa science politique en ligne ?” (La véracité du propos est hors-sujet.)

On terminera sur un message à caractère informatif de Max Weber :

Max Weber

Bonnes fêtes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s