Archives mensuelles : octobre 2007

Deux modèles collaboratifs pour la rédaction de normes en démocratie

Pour cette première recension en théorie politique, un papier du très bilingue Institut Jean Nicod, un laboratoire interdisciplinaire à l’interface entre sciences humaines, sciences sociales et sciences cognitives qui possède sa propre archive, très dynamique, de dépôt de publications en ligne.

R. Casati, G. Roncaglia, The anatomy of a collaborative writing tool for public participation in democracy :

Two approaches to online collaborative writing for the formulation of norms (laws, bills) are discussed: a Wikipedia-like approach and a structured approach. [ijn_00184564]

New Institutionalism and French Public Policy Analysis: Maintaining the Exception Culturelle?

J.-B. Harguindéguy:

The concept of new institutionalism has been very fashionable since the mid-1980s. This has been true in continental Europe as elsewhere. However, some authors criticise this trend arguing that many of the results of new institutionalist studies merely re-discover political aspects already revealed by continental European political scientists. By focusing on the case of contemporary French analysis of public policies I suggest that this division is unclear. I assume that, to a large extent, these theories confront the same theoretical challenges independently of their national context and that they tend to deal with them in a comparable way. In so doing, I advocate the introduction of new institutionalist works as a means to establish a consistent transatlantic theoretical framework and re-connect the policy science à la française to the international mainstream. [halshs-00124535]

The paper provides an interesting overview of the research made in some important French political science centres, such as the GAPP (now the ISP) or the CERAT (now part of the PACTE research unit).

See also this paper.

À partir des discours des quatre principaux candidats à l’élection présidentielle 2007

F. Chateauraynaud, Dialogue avec un sociologue électronique :

Étude de sociologie politique et de linguistique informatique sur un corpus de plus de 1500 discours des quatre principaux candidats à l’élection présidentielle 2007. Sont également analysés les programmes de 2002 et ceux de 2007. [halshs-00142218]

La genèse de la coopération franco-allemande au début des années 1960

M. Delori :

L’article cherche à mesurer l’apport de l’analyse des politiques publiques à la compréhension de la genèse de la coopération franco-allemande au début des années 1960. Une revue de la littérature révèle que la plupart des recherches se sont jusqu’à présent essentiellement appliquées à mettre en évidence l’importance de la compréhension, par de Gaulle et Adenauer, des enjeux stratégiques de puissance et de sécurité. Une lecture inspirée du paradigme de la Foreign Policy Analysis met en évidence l’importance des jeux stratégiques à l’intérieur de chaque sous-système gouvernemental. Mais l’apport de l’analyse des politiques publiques ne se résume pas à ce schéma désormais classique. En s’interrogeant sur la formulation et la mise en œuvre de la politique, elle conduit à intégrer deux facteurs explicatifs peu interrogés par les autres approches : les idées et les institutions. [halshs-00169441]

Observatoire des non recours aux droits et services – Études et Observations 2006

C. Chauveaud, P. Warin, de l’observatoire Odenore :

L’observatoire des non recours est un dispositif de travail mis en place en 2003 pour le développement d’un programme de recherche dédié à l’analyse du phénomène du non recours, en France et en Europe.

Ce rapport annuel présente un recueil d’études réalisées en 2006 dans les domaines de l’insertion sociale et professionnelle, de la santé et des refus de droits. Certaines études sont confidentielles et ne sont pas publiées ici. [halshs-00155465]

Association Française de Science Politique – Bilan scientifique du congrès 2007

Yves Déloye, secrétaire de l’AFSP, en ouverture du bilan du congrès 2007 :

Deux enseignements peuvent être d’ores et déjà tirés de cet événement. Le premier concerne le fait que la science politique, en tant que discipline de connaissance ouverte sur le monde qui nous entoure, sait parfaitement de montrer son utilité sociale. Derrière des réflexions méthodologiques parfois ardues, des considérations théoriques étrangères au sens commun, des controverses savantes difficiles à décrypter, elle a su traiter des petites et des grandes questions au cœur du débat public et plus encore du destin de nos sociétés politiques. (…) Le second enseignement est également rassurant. Cette capacité renouvelée à s’intéresser aux questions fortes du XXIe siècle ne dispense pas notre discipline d’approfondir sa réflexion méthodologique.

84 pages. Peut-être est-ce un peu trop emphatique que d’ouvrir sur ce document, mais cela permet de situer rapidement les recherches en cours, les styles de questionnement et les impératifs du raisonnement scientifique “à la française” en sciences sociales (par exemple, l’obsession d’aller à l’encontre du sens commun prêté aux autres professions, voire à “l’opinion publique” – mais aussi la très grande diversité des thématiques de recherche).